Chronique de " Dans son ombre" - Les Jumeaux - Tome 1 de Manhon

NOTE : ♥♥♥♥♥ +++ COUP DE CŒUR +++


Auteur : Manhon
Editeur :Manon Tutin
Sortie : 12 juillet 2014

Résumé :
Salut à toutes et à tous, moi, c’est Cody. Qu’est-ce que je pourrais vous dire sur moi ? Je viens d’une famille assez aisée. J’ai un frère jumeau du nom de Bastian, à savoir que mes parents ne jurent que par lui. Il est le fils prodige, celui qui leur apporte le plus de fierté. En effet, Bastian est doué dans un grand nombre de matières, il est le quarterback de l’équipe de football de l’université, il enchaîne les conquêtes… Moi ? Je ne suis que moi. Un garçon assez timide est réservé, pas mal rêveur. Je suis plus du genre à m’isoler dans la littérature et les arts plutôt que de me fondre dans la masse. Je suis aussi amoureux… Oui, mais d’un garçon. 
Ce n’est pas un problème pour moi ni pour vous peut-être. Pourtant je vous assure que si mes parents venaient à l’apprendre… Comment avouer que leur fils, celui dont ils n’ont pas une haute estime est gay par-dessus le marché ? De quelle manière réagiriez-vous si vos parents vous comparaient sans cesse à votre jumeau ? 
Comment feriez-vous pour vivre dans l’ombre de ce dernier ? 
Si vous avez une idée, je suis preneur… Comme moi, je n’y arrive pas. 



*** MON AVIS ***

Tout d'abord, je tenais à remercier Manhon pour ce Service Presse.

Ce livre est une pure merveille, j'ai été transportée à chaque page.

C'est l'histoire de Cody, jeune de 19 ans. L'histoire de sa vie, de sa jeunesse, d'instant de détresse, de peine, de douleur mais aussi de joie, d'amour et de fraternité.

Cody est le jumeau de Bastian. Bastian est la fierté de leurs parents. Il est le fils prodigue. Cody est plus réservé, timide, très rêveur, passionné par les arts. Il est amoureux aussi...d'un garçon. Mais personne n'est au courant, hormis sa meilleure amie Mia.

Tout au long de notre lecture, nous suivons les états d'âmes de Cody. Ils sont très développés, et nous apportent un très fort ressenti sur les émotions qu'il traverse. J'ai eu le cœur serré plus d'une fois à ma lecture. Les mots sont bien choisis, très durs, très forts à certains moments.

La relation entre Cody et ses parents est très très tendue. Particulièrement avec sa mère, cette mère qui le rabaisse et le rejette sans cesse, cette mère qui ne voulait pas d'enfants, cette mère irresponsable dans ses propos, cette mère indigne, cette mère qui n'a pas d'amour à lui donner, cette mère qui le méprise. Cody en souffre énormément, perd confiance, se sent plus bas que terre.
Pour son père, nous sentons bien par moment qu'il souhaite plus le découvrir, qu'il souhaite le soutenir, le défendre, face à cette femme horrible, mais qui au final ne fait rien.

Cody doit son seul salut dans l'amour et la confiance qui le lie très étroitement à son jumeau, Bastian. Ils sont très proches tous les deux, se serrent les coudes, se soutiennent, quoi qu'il arrive. Bastian prend soin de Cody, est fort pour deux. C'est une vraie relation fraternelle et inébranlable entre tous les deux.

Surtout, Cody est amoureux, ce qui lui donne l'espoir de voir la lumière. Il est amoureux de Andrew. Ils sont ensemble depuis presque un an. Presque un an qu'ils se cachent de leur amour, de leur passion. Andrew est un garçon formidable, à tous les niveaux. Il comprend très bien la situation de Cody. Il est très prévenant avec lui, prend soin de lui quand ça ne va pas (ce qui arrive souvent), le soutien, l'encourage, le motive. Tous les deux se portent un amour fusionnel, charnel, inconditionnel.

Le jour où les parents de Cody apprennent qu'il est gay, alors là tout bascule, tout change, tout devient noir et sombre. Cody est anéanti par les mots de sa mère. Au lycée, il se fait persécuter, et le plus dur est de voir la réaction de son frère.

Arrive alors une période sombre pour Cody, où il est chassé de chez lui. Il fait des crises d'angoisse. Son seul repaire est Andrew. Andrew qui sera là pour lui, qui sera présent, qui l'aidera à surmonter tout ce chagrin, toute cette peine, toute cette rancœur. Nous nous rendons compte de l'amour très fort qu'Andrew éprouve pour Cody, et inversement. Il est juste parfait. Un amour. Cody peut compter aussi sur le soutien de sa meilleure amie Mia, qui est toujours là pour lui, pour lui remonter le moral, pour le couvrir, le défendre.
Au cours de cette période, nous constatons également l'évolution des relations entre Cody et Andrew. Ils sont plus proches que jamais.

Au moment où la lumière semble enfin au bout du tunnel pour Cody, un événement tragique vient encore tout bouleverser.

Je vous laisse lire le roman pour connaitre la suite, pour découvrir si le bonheur et la paix se trouvent au bout du roman.

Ce fut pour moi une très belle lecture, pleine de rebondissements, d'amour, de haine, de passion, de relations fortes, d'amitié indéfectible, d'amour éternel et puissant. J'ai vraiment souffert avec Cody. Le pauvre. Il est tellement gentil, attentionné, intelligent, doux. Il se prend la haine et le dégoût de sa mère en pleine face, juste parce qu'il est né. Ensuite, il se prend le mépris des lycéens juste parce qu'il aime un homme.
Heureusement Bastian, son jumeau, est là pour lui. Il l'aimera toujours, ne l'abandonnera pas.
Andrew est également présent pour Cody. Il est amoureux fou de Cody, une belle rencontre et une histoire d'amour fabuleuse, magnifique, faite de peine, d'espoir, de souffrance, de lumière, de romantisme, de passion.

Les bonus inclus donnent des points de vue de Andrew, Bastian et Mia : une belle réussite, qui apporte un énorme plus au récit.

Une lecture facile, simple, fluide, jeune, fraîche, agréable. Pour moi, chaque émotion, chaque souffrance, chaque joie, chaque mot sonnent juste.

Encore merci à Manhon pour cette très belle histoire qui a fait trembler et chavirer mon cœur, et m'a séduite.

Lien AMAZON pour commander en ebook

Lien LULU pour commander version papier


Blog de Manhon


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Je ne sais pas dire je t'aime"

Chronique : "Une vie à t'attendre"