Chronique de "Pour ceux qui restent" de L.A Witt

*** ÉMOUVANT ***


Auteur : L.A. Witt
Editeur : MxM Bookmark
Sortie : Juin 2016

Résumé :
Jay Warren a passé l’année à chercher le courage d’avouer à sa femme qu’il est gay. Pourtant, à chaque fois qu’il en trouve l’occasion, il se défile. Il a honte de le cacher en permanence et ne veut pas la blesser, mais son angoisse devient insupportable.
Quand sa femme meurt brutalement, la culpabilité de Jay menace de l’engloutir.
Scott Lawson, directeur de pompes funèbres, gère les familles des défunts quotidiennement, et il n’est que trop familier avec la difficulté de sortir du placard. Il offre à Jay toute la compassion et la compréhension dont il a besoin, et l’amitié qui en découle se mue rapidement, peut-être trop, en quelque chose de plus fort.
Mais ne sont‐ils reliés que par le deuil, la culpabilité et la solitude ? Ou Scott sera‐t‐il lassé d’être utilisé comme une béquille émotionnelle avant que Jay ne réalise la chance qu’il a ?



~ ~ MON AVIS ~ ~

Ce roman m'a captivée du début à la fin. Je l'ai trouvé très émouvant, et j'ai apprécié qu'il soit axé sur le ressenti de Jay, sur sa perte, sa culpabilité si profonde qu'il se noie avec.

L'essentiel est dit dans le résumé.

J'ai beaucoup souffert avec Jay. Je l'ai vu souffrir énormément face à ses regrets, cette culpabilité qui le bouffe à un point inimaginable, une culpabilité qui le ronge. Quand il rencontre Scott, il trouve en lui un confident, une personne avec qui il peut être enfin lui-même, partager ses angoisses, ses doutes. Cependant, de confident amical, ce sont des émotions bien plus profondes qui l'envahissent. Des émotions qu'il a du mal à gérer, partagé entre honte, dégoût de soi et envie et bonheur.
Cette passion qui le surprend, il ne s'y attendait pas. Une passion qui lui permet de ne pas penser à sa défunte femme. Cette femme qu'il a aimé, mais qu'il n'a pas su aimer correctement.

Page après page, nous suivons l'évolution de ce lien qui se tisse entre Jay et Scott, un lien fragile, mais solide. Les réflexions intérieures de Jay sont assez émouvantes, et nous montre bien toutes les difficultés qu'il éprouve à faire le deuil de sa femme, toutes ses questions et ses hésitations concernant sa relation avec Scott, sa peur. 
Ce qu'il y a de bien également dans ce livre, c'est que l'auteur a su ajouter des moments plus légers, plus drôles, des instants de complicité et d'amitié forte entre Jay et Scott.

Scott est une personne patiente, compréhensive, droite, honnête. Sa relation avec Jay est peu conventionnelle, mais malgré tout, il s'attache à cet homme. Et si l'on peut se dire que Jay et lui se lance rapidement dans une relation, je pense que Jay était près depuis longtemps, vous verrez pourquoi. Beaucoup de scènes de sexe viennent ponctuer ce récit, des scènes qui finalement vous font éprouver la même confusion que Scott envers Jay. Des scènes torrides, sexy, empreintes d'une connexion totale.

Les instants d'échanges entre ces deux hommes sont touchants. Ils se parlent beaucoup, se confient. Mais parfois, cela ne suffit pas, et la culpabilité de Jay est si forte, encouragée d'ailleurs par sa belle-mère (ce qui peut se comprendre), et il se maudit lui-même tellement, que leur histoire en pâti et subira bien des remouds, de la douleur et de la tristesse.

Au fil des pages, vous verrez les personnages secondaires avoir une importance capitale pour Jay. Et vous verrez aussi que celui-ci prend conscience de beaucoup de choses, et découvre des informations étonnantes, qui lui font un choc. Un choc qu'il mettra à profit pour faire un vrai travail sur lui-même.

La plume de l'auteur est superbe, elle est douce, fluide, percutante. Elle arrive à vous faire ressentir une vive émotion face à l'état psychologique de Jay, une compassion certaine pour celui-ci, mais aussi de l'admiration devant Scott, devant sa patience. Les sentiments que j'ai éprouvé tout au long du roman sont un mélange de tristesse, de colère, d'espoir, de joie, et d'humour. 
L'auteur a réussi à faire un roman qui parle de deuil, de vérités, de révélation de soi, tout en restant dans une ambiance feutrée, triste, sans jamais tomber dans trop de larmoyant ou d'apitoiement de soi, le tout entremêlé à de l'espoir, de la joie, du bonheur et de la libération. Mais surtout, l'auteur a fait une belle place à l'amour, l'amour sous toutes ses formes. Amour familial, amour amical, amour passionnel, amour sincère.

Mon petit bémol serait juste peut-être pour les dialogues où parfois j'ai eu du mal à saisir qui parlait.

Bref, un très bon moment de lecture, une histoire qui a su me convaincre, que j'ai trouvé complète, avec une fin qui m'a émue. Deux personnages principaux attachants, une très bonne description de l'état émotionnel de Jay et un Scott formidable. Un roman que je trouve assez réaliste, et qui englobe bien tous les problèmes que peut engendrer la perte soudaine que subi Jay.

A découvrir.





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Je ne sais pas dire je t'aime"

Chronique : "Les lendemains avaient un goût de miel"