Chronique de "Coup de foudre en haute couture" de M.J. O'SHEA



Auteur : M.J. O'Shea
Editeur : Dreamspinner Press
Sortie : avril 2016
Résumé :
Quand les lumières s’éteignent et que surgit la haute couture…
Sasha Sobieski a un job de rêve : il travaille dans la légendaire maison de couture américaine Harrison Kingsley. Malheureusement, le rêve vire au cauchemar lorsqu’il doit travailler pour le créateur en personne. Exigeant, froid et colérique, Harrison est également sans conteste l’homme le plus sexy que Sasha ait jamais vu.
Au sommet depuis des années, Harrison Kingsley sait ce qu’il veut, quand il le veut, et comment il le veut. Et que veut-il ? Son nouvel assistant. Impertinent et déterminé, Sasha lui fait perdre la tête. Le problème, c’est qu’Harrison ignore si c’est de rage ou… de désir.



~ MON AVIS ~


J'ai beaucoup apprécié ma lecture, j'ai passé un très bon moment, léger, sans prise de tête, tout en douceur.

L'univers de la haute couture est bien défini, avec ses enjeux, les descriptions des tissus, collections et autres m'ont donnée l'impression de les avoir sous les yeux. J'ai ressenti aussi une bonne sensation d'émerveillement à la lecture des descriptions, des lieux, des différents endroits cités dans le texte. L'écriture à ce niveau fut un régal, car les mots, s’enchaînant les uns après les autres, m'ont permises de m’imprégner totalement de l'atmosphère générale.

Dans ce roman, nous suivons Sasha dans son métier, dans ses envies, son ambition. Nous le découvrons horripilé par son patron, bien que l'attirance envers cet homme colérique, froid, méprisant soit très forte.
Sasha est un jeune homme délicat, doux, gentil, qui aime son travail et le fait bien. Il sait ce qu'il veut et ne se laisse pas marcher sur les pieds.

Harrison est un personnage froid, distant, qui sous ses airs supérieur cache une profonde blessure, un sentiment d'infériorité qui lui vaudra bien des déboires et des paroles malheureuses.

Il a été plaisant d'avoir quelque fois le point de vue d'Harrison. Cela nous en apprend plus sur son caractère et les sentiments confus qui l'habite.

Lorsque Sasha et Harrison se rapprochent, lentement, mais surement, c'est beau, c'est doux, délicat. Harrison devient un autre homme, devient lui-même. A travers Sasha il se sent vivre, il se sent à sa place. Les interactions entre ces deux hommes sont tendres, agréables. 

Quand Harrison perd pied à cause de sa fébrilité à être où il est, quand des événements le poussent à bout, ses paroles acides envers Sasha lui joueront un bien mauvais tour, et nous découvrirons alors Harrison sous une autre facette. Sasha, blessé, trompé dans ce qu'il croyait être sûr, m'a touché avec ses paroles de tristesse, sa déception et son sentiment d'humiliation.

La plume de l'auteur est légère, tendre, actuelle. C'est une écriture toute simple, comme son histoire, qui a su me captiver et m’entraîner dans un récit frais, moderne, une histoire où le luxe vous en met plein les yeux, où la relation en dent de scie de Sasha et Harrison vous brise un peu le cœur, avec d'être à nouveau rafistolé.

Mon petit bémol sera pour la fin du récit, trop rapide à mon goût, trop facile. Pour moi, il m'a manqué des éléments, et un épilogue aurait été vraiment nécessaire, enfin pour ma part.
Tout au long du roman j'ai noté aussi pas mal de fautes, ou de phrases biscornues, ce qui est dommage, mais bon, rien qui n'entache non plus notre lecture. Mais quand-même.

Bref, un très agréable moment, une histoire d'amour qui prend son temps, qui s'installe et qui subi quelques turbulences avant d'avoir ses explications. Des scènes drôles, une ambiance parfois magique, des scènes sensuelles, des personnages principaux attachants chacun à sa manière, l'un part sa sensibilité et sa timidité, l'autre par son arrogance qui cache une épaisse carapace. Les personnages secondaires sont assez intéressants aussi et jouent un rôle dans cette histoire, un rôle précieux pour nos deux protagonistes.
Et si nos deux hommes sont si opposés l’un et l'autre, dans tous les domaines, c'est ce qui fait aussi leur complémentarité et leur force. Toutefois, Harrison devra faire un énorme travaille sur lui pour réussir à ouvrir son cœur, et admettre son attachement à Sasha. 
Et oui, lorsque l'on ne connait pas le sentiment d'aimer d'amour, comment le deviner ? Le comprendre ? Le reconnaître ?

Ah, et j'adore la couverture ! Un peu de Burberry dessus et mon cœur fond littéralement !





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique de "Après moi le déluge" de Matthieu Biasotto

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Je ne sais pas dire je t'aime"