Chronique de "Il était deux frères" de Olivier Ciappa

♥♥♥♥♥/5



Auteur : Olivier Ciappa
Editeur : Editions L'Harmattan
Sortie : novembre 2015

Résumé :
Jeremy et Dimitri sont des jumeaux de douze ans. Ils sont inséparables et absolument identiques, à une exception près : Dimitri est aveugle. Cette différence les éloigne de plus en plus, jusqu'à l'âge adulte où, incapables de se comprendre, ils finissent par détruire tous les liens qui les unissaient.


*** MON AVIS ***

Une très belle découverte que ce roman qui m'a beaucoup plu, m'a serré le cœur et m'a emmené loin avec lui. Un roman où j'ai eu l'impression de vivre un peu par procuration une quête de liberté, une évasion du corps et de l'esprit, qui vous font prendre conscience des choses essentielles. 
Un roman qui m'évoque la chanson "Redemption Song" de Bob Marley, et aussi un certain film...sûrement à cause de ce que vit Jeremy. A vous de voir !

Jeremy et Dimitri sont jumeaux, si semblables physiquement et pourtant si différents. L'esprit de Jeremy est assez complexe, pour pas mal de raisons, que vous découvrirez au fur et à mesure de votre lecture, des choses qui vous font mal pour lui, mais aussi qui vous font réfléchir et vous font le comprendre, comprendre ce sentiment qui l’oppresse et le fait dérailler parfois. Même si un lien fort les unit, les divergences d’esprits ont raison d'eux, de leur relation, et au fil des années, tout change, tout bascule, jusqu'au point final où Jeremy commet une faute, LA faute impardonnable à ses yeux.

S'ensuit alors pour Jeremy une quête de soi, une quête de liberté pour vivre sa vie comme il l'entend, trouver des réponses à ses questions, et surtout découvrir qui il est réellement, pouvoir se construire loin de tout ce qui le perturbe. Nous vivrons avec lui ce chemin qu'il empreinte, un chemin spécial où j'ai aimé me promener à ses côtés, où j'ai ressenti ses sensations, ses réflexions, ses doutes, ses pensées les plus intimes.

La poupée de porcelaine sera votre fil conducteur tout au long de ce périple fraternel, raconté avec sincérité et pudeur par Jeremy, mais surtout par la plume de l'auteur qui retranscrit à merveille les tourments de Jeremy, de son enfance à sa jeunesse.
Finalement, après les obstacles, le mal-être, la fuite et la reconstruction, l'auteur nous démontre que ce lien qui unit nos deux frères est toujours là, immuable, indéfectible. Un lien peut-être invisible mais qui reste au fond du cœur, tapis, et dont le destin vous fait prendre conscience que ce que vous pensiez avoir perdu est toujours resté ancré en vous, et que finalement, rien n'a jamais été effacé.

Ce roman est superbe, à tous points de vue. Que ce soit dans la construction des deux personnages, plus particulièrement celui de Jeremy, puisque c'est lui notre narrateur, à la description des lieux, des sensations.
Des personnages forts, sincères, émouvants et tellement réels. 
L'état d'esprit de Jeremy est narré de façon si naturelle que nous avons l'impression d'être à sa place, de vivre ses démons avec lui, cette sensation permanente dont il ne se sépare jamais d'être celui qu'il est et pas celui qu'il pense qu'il aurait dû être.

En bref, un très beau récit, qui m'a pris aux tripes, surtout la fin de l'histoire qui m'a quelque peu chamboulée tant les émotions étaient présentes et fortes. Cette relation entre ces deux frères est tendre et dure à la fois, un mélange doux amer où les caractères viennent s'opposer aux sentiments fraternels.
Des mots justes, simples et percutants pour mettre en exergue une relation entre deux frères, où il faudra se battre pour se trouver soi-même, pour ne pas sombrer, dans un contexte gémellaire délicat.
Des mots posés délicatement sur le papier, comme une symphonie, qui pas à pas, vous emmènera vers une envolée lyrique où tout s'éclair, tout prend un sens et où l'amour sera là, sous toutes ses formes. Au final, se libérer de ses chaînes pour vivre intensément et justement cette relation perdue, mais pas oubliée.

Un roman touchant et poignant.

Je voudrais aussi souligner la couverture du roman que je trouve sublime, et dont toute la signification vous apparaît comme une révélation à la lecture du roman.




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Je ne sais pas dire je t'aime"

Chronique : "Une vie à t'attendre"