Chronique de "Le charme des Magpie" de K.J. Charles




Auteur : K.J. Charles
Editeur : Milady Romance / Collection Slash
Sortie  : août 2016

Résumé :
Exilé depuis des années, Lucien Vaudrey ne pensait pas rentrer un jour en Angleterre. A la suite du suicide de son père et de son frère, il hérite d'un comté ainsi que des ennemis de sa famille... Afin de se débarrasser d'une malédiction qui l'incite lui aussi à se donner la mort, il se tourne vers un magicien spécialiste des forces occultes, Stephen Day. Très vite, celui-ci tombe sous le charme ravageur de Lucien, qui ne cache pas son envie de le mettre dans son lit. Troublé, Stephen perd peu à peu ses pouvoirs. Mais lorsqu'une série de machinations se referment sur Lucien, Stephen sait qu'il doit les déjouer, sinon la Grande Faucheuse sera leur seule compagne.



~ MA CHRONIQUE ~

Un excellent roman qui tient en haleine, une bonne intrigue qui s'intensifie au fil des pages.

Le décor est bien posé, l'ambiance et les descriptions bien décrites. Certains passages sont assez effrayants. Le langage m'a quelque peu surprise pour l'époque, mais au final, j'ai trouvé que les paroles étaient adaptées à ce qu'est Lucien Vaudrey, à ce qu'il a vécu.

Stephen Day reste assez énigmatique tout au long du roman. Il donne une impression de maîtrise et de calme. C'est une personne déterminée et courageuse, excellent dans ce qu'il fait.

Lucien Vaudray est atypique pour une personne de son rang, et vous découvrirez pourquoi au fil de votre lecture. Son caractère est un doux mélange de colère et de taquinerie, parfois de tendresse et d'émotivité. 

J'ai bien aimé le rapport entre les deux hommes. C'est un mélange de respect, d'humour et d'une attirance non feinte. Cette attraction entre eux crépite tout au long du roman et la conclusion est tout simplement superbe, sur bien des aspects. Pourtant, lors de leur première entrevue, rien n'était gagné d'avance, et vous verrez pourquoi. J'ai apprécié le professionnalisme de Stephen, sa droiture, son travail avant ses émotions et ses envies.

Toute la relation et les allusions aux pies au fil des pages sont assez fascinantes, bien menées. J'ai aimé ce genre de légende. Enfin, une légende bien réelle. Les explications sur tous les phénomènes qui apparaissent sont claires et cohérentes. Les personnages secondaires sont bien exploités et épaississent l'intrigue, nous procurant un jeu de piste excitant. Merrick, le valais de Lucien, semble être bien plus que cela, et j'espère en savoir plus sur eux, leur histoire commune dans le prochain tome.

Un récit intriguant et palpitant. Quelques frissons m'ont mêmes parcourus l'échine.

Une plume fluide, adaptée, quelque peu soutenue et parfois assez crue dans les jurons (que j'ai particulièrement apprécié d'ailleurs). Les dialogues sont bons et il y a un bon équilibre entre ceux-ci et la narration.

Les émotions ont été au rendez-vous : l'effroi, le rire, le soulagement. La relation amoureuse entre Stephen et Lucien est en filigrane tout au long du récit et explose enfin. Une relation timide et expressive par les gestes, les attitudes, les regards. J'ai aimé cette façon de procéder, car du coup, ni l'intrigue, ni l'amour ont eu la préférence. Le mélange était parfait, et surtout, a réussi à me tenir en haleine jusqu'au bout. Et même s'il m'a manqué un peu de chaleur entre Lucien et Stephen, cela va avec l'époque et avec leur caractère. A voir dans les autres tomes comment cette relation évolue au niveau charnel et émotionnel. 
J'ai aimé toute la magie qui ressors du texte, que ce soit dans les actions, dans les suppositions, et celle de la fin m'a totalement charmée, c'était sublime, et si bien décrit, que j'ai eu l'impression de me retrouver avec Stephen et Lucien et de vivre avec eux cette expérience unique.

J'ai vraiment passé un bon moment de lecture.




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique de "Après moi le déluge" de Matthieu Biasotto

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Je ne sais pas dire je t'aime"