Chronique de "Après la pluie" de Rohan Lockhart

*** IMMENSE COUP DE CŒUR ***



Auteur : Rohan Lckhart
Editeur : auto-édition
Sortie  : 30 janvier 2017

Service Presse Auteur

Résumé :

« On dit que la floraison des cerisiers ne dure pas, car l’essentiel se cueille en une seule seconde. »
Un soir, Ame et Tora se rencontrent sur le quai d’une gare de Tokyo. L’un travaille pour payer ses études. L’autre est cuisinier, batteur dans un groupe à ses heures. Ils auraient pu se croiser et, très vite, s’oublier. Ils auraient pu rester des étrangers si Tora n’avait pas remarqué le regard étrangement triste posé sur lui ; ces yeux si particuliers. Tora y voit comme les reflets d’un passé douloureux et, aussi, les ombres d’un présent qui s’assombrit. Il y voit la mélancolie d’Ame et toutes ses complexités.
Poussé par cette joie de vivre qui le porte chaque jour, au fil des rencontres et des liens qui se créaient, Tora va peu à peu, briser les chaînes qui emprisonnent Ame et, peut-être, réussir à lui rendre sa liberté. Il se pourrait même, que sur le chemin de l’amitié, ils trouvent la force de s’aimer.
On dit que la vie est comme la floraison d’un cerisier ; il suffit de quelques jours pour que tout change.




~ MA CHRONIQUE ~

Un immense coup de cœur pour ce roman qui m'a marquée, autant ses protagonistes que son histoire.

Un roman sublime, des personnages à fleur de peau, sensibles, joyeux et sombres.
Un roman qui m'a touchée, qui m'a fait l'effet de... Je ne sais pas comment vous l'expliquer vraiment, mais comme un apaisement de par l'environnement, la solennité de certains paysages, une sensation de plénitude, par sa poésie, et en même temps, par le vécu et le présent, très difficile, de Ame, une noirceur apaisée par l'esprit lumineux de Tora.

Ame est sensible, très courageux. Le bonheur est un doux rêve auquel il aspire. Il s'oubli dans ses sacrifices pour pouvoir s'en sortir. La honte qu'il ressent, et son dégoût envers lui-même, sont juste un crève-cœur pour nous, lecteur. C'est un être si bon, si gentil. Sa fragilité cache une force hors norme. Sa rencontre avec Tora, sur un quai de gare, va lui apporter beaucoup plus que sa vie.
J'ai aimé sa franchise et sa timidité. Et  même si mon cœur a vacillé face à tout ce qu'il a enduré, et endure, j'ai aimé tout ce qui a fait de lui ce qu'il est, et ce qu'il deviendra. 

Tora est une personne juste fabuleuse. Il est lumineux, généreux, protecteur. Ses paroles sont d'une maturité bouleversante, si vraies, si pleines de sentiment... Il est attendrissant dans sa naïveté envers ce petit truc qu'il ressent pour Ame. Petit truc qui prendra une place immense dans son cœur, insidieusement, sans s'en apercevoir, quelque chose de naturel, de normal, qui balaiera tous ses doutes une fois ce petit truc libéré de toutes appréhensions, de toutes barrières.

Page après page, nous découvrons tout un panel de personnages, tout aussi importants les uns que les autres. Ils nous régalerons de leur caractère si différents, nous ferons sourire de leurs remarques et nous toucherons par ce lien qui les unis tous.
Oba, la grand-mère de Tora, est formidable. Elle dégage une telle sagesse et un regard si beau sur Tora ou Ame, qu'elle a su conquérir mon cœur avec beaucoup de respect et d'humilité.

Les lieux sont bien définis, les paysages bien décrits. J'ai eu l'impression d'être au Japon, aux côtés de nos protagonistes.
Chaque expression, lieux, événement ou nom de plat, nous sont expliqués et j'ai beaucoup apprécié ceci car cela m'a donné l'impression de m'immerger totalement dans l'ambiance, dans le texte.
Et si je souhaite être honnête avec vous, je vous avouerai que ce roman m'a donné l'envie de m'acheter un cerisier du Japon, car c'est tout ce que représente ce roman, une renaissance, un changement, un souffle, un apaisement, une sérénité...où tout s'envole, tout devient limpide.

Cet amour qui éclot sous nos yeux est, et sera, un long apprentissage, un don de soi, une confiance à donner, la lumière après la nuit, un échange de paroles et de confessions poignantes, une connexion d'âme évidente. Ame et Tora sont bouleversants de sincérité, que ce soit dans leurs gestes, leurs mots ou dans le respect de l'autre.

Avec ce nouveau registre, cet univers différent, Rohan Lockhart élève sa plume à un autre niveau, ce qui apporte une émotion nouvelle, intense. Elle a construit des personnages opposés et complémentaires, des personnages honnêtes, purs, aux caractères bien définis. Elle a su apporter un passé et un présent, très difficile, très cruel pour Ame, le tout en utilisant des mots durs, crus, pertinents, qui m'ont mis la larme à l'oeil, plus d'une fois, tant mon cœur s'est serré devant cette injustice qui semblait s’abattre sur Ame.
Ame et Tora ? C'est une délicatesse décrite par l’auteur avec pudeur et douceur.

Une plume fluide, qui s'affirme et s'affine, et, surtout, qui réussi à faire ressortir les sentiments des personnages avec beaucoup de justesse et de passion, de telle sorte que nous, lecteurs, les vivons totalement. C'est magnifique.

Ce roman c'est une histoire bouleversante, douce et si belle, un coup de cœur, un bonheur. Les sentiments se bousculent, les souvenirs et la souffrance afflues, apportant des blocages, des blessures à guérir, à apaiser. L'espoir est au bout, au bout d'un courage, le courage de se laisser aller, de patienter, de se réapproprier soi-même, d'oser, accepter, pour pouvoir enfin vivre libre, vivre heureux, vivre aimé. 

Un bel hymne à l'amour, à la tolérance, à la force de se reconstruire, d'accepter ce qui s’offre à nous, ce destin qui un jour, vous voudra du bien.

Je vous laisse découvrir ce sublime roman par vous-même, car il y a une vraie histoire, qui englobe plusieurs personnages pour former un tout magnifique, un tout qui vous procure une multitude d'émotion, le tout enveloppé dans un pays aux nombreuses significations, un pays enchanteur, si bien développé par l'auteur. Laissez-vous bercer par Ame et Tora, par l'atmosphère positive de ce récit qui m'a marquée, sincèrement.




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique de "Après moi le déluge" de Matthieu Biasotto

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Je ne sais pas dire je t'aime"