Chronique de "Alia - Les voleurs de l'ombre" de Sophie Auger




Auteur : Sophie Auger
Editeur : Nisha Editions
Sortie : mars 2016


Résumé :
Vadim dérobe aux riches des toiles de maîtres pour les rendre à leurs véritables propriétaires moins fortunés. Hautain, méprisant, il enchaîne les filles et les soirées extrêmes. Mais lorsqu'il rencontre à Saint Pétersbourg la douce et fragile Alia, sa vie bascule. Quatre ans plus tard, leurs chemins se croisent à nouveau et il risquera tout pour la sauver d'un destin brisé.



~ MON AVIS ~

Un bon roman avec lequel j'ai passé un agréable moment de lecture, sans trop de prise de tête.
J'ai apprécié que le roman nous soit raconté par un homme, par Vadim.
Vadim que j'ai eu plaisir à retrouver après l'avoir découvert dans "Dimitri", du même auteur. Vadim, cette ombre, sombre, mystérieux, pour lequel ma curiosité avait été titillée. Donc, c'est avec plaisir que je me suis lancée dans son histoire.

Vadim, c'est un personnage exécrable, arrogant, trop sûr de lui. Il prend, utilise, jette. Il profite de chaque chose que la vie lui offre, du plaisir de la chair, de l'alcool et de bien d'autres substances. Il est direct, droit, honnête dans ce qu'il recherche et souhaite. 
Ses excès sont comme un exécutoire, une façon d'expulser toute cette douleur enfouie en lui, ce manque, cette jeunesse qu'il regrette, qu'il n'a jamais connue.
En parallèle, c'est un ami, un frère pour Dimitri. Avec celui-ci, il travaille en symbiose, et son travail, il le fait de manière parfaite.

L'auteur nous dépeins un personnage horripilant mais réussi, à travers ses mots, à nous démontrer que celui-ci n'est pas que ça, qu'il cache des blessures, des traces d'un passé qui l'a marqué.

Et un jour, Vadim croise Alia. Un ange. Et tout change. Cependant, rien n'est vraiment comme on le souhaiterais, et Vadim, si sûr de lui, fera des erreurs qui vont lui coûter son cœur.

Au fil des pages, et même si j'ai trouvé quelques passages trop lourds, trop longs, avec un Vadim un peu trop répétitif dans son dialogue, l'auteur nous tient en haleine jusqu’au bout pour nous amener droit vers une fin parfaite, et assez surprenante.

Du début à la fin, il y a de l'action, des rebondissements, une histoire qui se tisse, une histoire qui apporte de la douceur dans l'esprit si sombre de Vadim. Vadim, ce personnage si...détestable qui va s'ouvrir, s'attendrir. Et je dois vous dire que quand son cœur se libère, c'est un homme adorable que vous découvrez, un homme tendre, prévenant, protecteur, doux. En fait, j'ai adoré le détester ! 

La plume de l'auteur est fluide, crue, douce, percutante. Le ton employé est en parfaite adéquation avec le personnage principal. Les émotions sont au rendez-vous, des émotions aussi contrastées que Vadim. 
Des événements qui vous font ressentir la rage, l'abandon, la tristesse, la peur, le tout parsemé de cette éclaircie, de ce soleil qui vient illuminer une âme si sombre, qui adoucie le texte, tout comme notre homme. Le personnage d'Alia, je l'ai ressenti comme une aura, une aura de douceur, d'apaisement, de fragilité. Une bulle de bonheur au milieu de toute cette déchéance.

Il fut aussi très agréable de retrouver Dimitri et Louise, et qu'une certaine scène soit en parallèle avec celle de "Dimitri", mais du point de vue de Vadim, ce qui nous apporte des éléments nouveaux sur chaque personnage. Et c'est plaisant, car du coup, nous découvrons encore d'autres facettes sur Dimitri. 

Mais bon, je vais m’arrêter là et vous laissez le découvrir par vous-même !

J'ai passé un agréable moment de lecture, fait de douceur et de noirceur. J'ai été contente de découvrir Vadim, le vrai Vadim, dans toute sa splendeur. J'ai aimé sa dualité. Je l'ai trouvé parfait dans ses imperfections. L’écriture de l'auteur est sans tabou, elle vous entraîne aussi bien dans la dépravation que dans le doux, le romantisme, l'amour. Les scènes de sexe sont torrides, piquantes, à la limite de l'obscénité, des scènes de sexe qui savent aussi se faire amour, tendre...bref, à l'image de notre personnage.
Un roman qui vous fera sourire également, car il est ponctué de touches d'humour, de piques acerbes.

J'ai noté un certain nombre de fautes, mais rien qui n'entache notre lecture.

Bref, ce roman est à l'image de son personnage, tout en nuances. Un livre qui vous fera voyager de la Russie à Genève, des descriptions agréables, qui vous donnent l'impression d'y être. D'ailleurs toutes les descriptions, tous les petits détails sont un plus qui vous donnent la sensation d'être aux côtés de Vadim, de ressentir les mêmes émotions, les mêmes peur, les mêmes doutes, la même arrogance
.
Mon plus de ce roman, qui me le rend original, c'est qu'il soit raconté du point de vue de l'homme. Cela change et je trouve que Sophie Auger a fait un excellent travail de ce côté. On pourrait presque croire que c'est un auteur masculin qui a écrit ce livre !

Un bon roman, sans prise de tête, avec une retranscription des sentiments juste, honnête et un Vadim, qui malgré son côté tête à claque a su me toucher, m'émouvoir.

Je vous conseille de lire "Dimitri" tout de même avant de lire celui-ci.

Merci.






Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique de "Après moi le déluge" de Matthieu Biasotto

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Je ne sais pas dire je t'aime"