Chronique : "Pina"

*** POIGNANT & INTENSE ***


Auteur : Titaua Pau
Éditeur : Au Vent des Îles
Date de sortie : décembre 2016

Service Presse Éditeur

~ RÉSUMÉ ~
Le portrait d'une Polynésie contemporaine déchirée par la misère et les différences qui séparent les hommes. A travers l'histoire d'une famille, celle d'Auguste, de Ma et de leurs enfants, dont Pina, petite fille délaissée, T. Peu lève le voile sur les violences morales, affectives, sexuelles et sociales auxquelles tous doivent survivre.


~ MA CHRONIQUE ~

Roman d'une noirceur terrible qui évoque avec puissance et rage une vérité troublante, une vérité cachée derrière la carte postale.

En effet, avec ce roman nous sommes très loin de la carte postale idyllique qui vous apporte éclat et paradis. Ici, nous sommes au cœur d'une réalité effacée par les lagons, le ciel turquoise et le cliché de la Vahiné. Nous touchons du doigt la misère et ses conséquences en suivant cette famille qui n'est pas épargnée par la vie, une famille qui survit, qui espère un peu, une famille qui vacille entre ombre et lumière.
Nous tremblons pour chaque personnage. 
Nous sommes attendri par ce lien entre Pina et son frère Pauro, ce lien fraternel qui les lie, qui les maintient en vie.
Nous sommes surpris par cette mère qui n'en n'est pas vraiment une et qui, au fil de sa vie, au fil des pages, des événements, trouvera sa rédemption et un regain de maternité, de douceur, d'acceptation.
Nous sommes horrifiés par ce père, par son comportement, sa folie, son obsession.

Ce livre vous prends aux tripes pour ne plus vous lâcher. Mots après mots, c'est une fresque oppressante empreinte d'un sentiment de malaise qui vous envahi, vous englobe. Pina, petite fille forte, courageuse, avec des pensées tantôt enfantines, tantôt adultes. Petite fille qui vous brise le cœur tout en l'illuminant par cette volonté farouche de résistance.
Une histoire de famille tragique,  des personnages très bien construit, aux psychologies complexes et passionnantes, un univers posé et vibrant de sincérité.

Ce que j'ai apprécié, c'est que l'auteur nous offre une vision complète de la vie de Pina par des paragraphes consacrés à chaque membre de cette famille brisée, nous apportant ainsi les pensées intimes de chacun. Des pensées parfois horribles, honteuses. Un texte mené de main de maître par l'auteur, qui a réussi à imbriquer chaque élément, chaque personnage de son roman, nous offrant ainsi un suspens et une surprise totale.

La plume de Titaua Peu est incisive, crue, percutante, d'une poésie noire, si belle et si terrible à la fois.
Une plume qui vous procure pléthores d'émotions et de frissons, qui vous arrache des larmes de douleur et d'espoir, qui vous transperce le cœur par des mots si justes.
Une plume qui parle d'amour, malgré la violence des gestes, des mots : l'amour fraternel, l'amour filiale parfois, l'amour familiale, l'amour parental, l'amour en couple, l'amour homosexuel.

En bref, PINA c'est tout ça, avec un début, une fin, une construction de texte intelligente qui vous fait douter sur l'issue du roman, savoir si votre cœur va souffrir par la mort ou s'ouvrir à la vie. Le choix pour l'auteur n'a pas du être simple à faire : faire vivre, faire mourir...la lumière ou la nuit. 
Un texte prenant, addictif, où vous tremblez à chaque page, chaque parole, chaque acte en attendant ce destin qui forcément arrivera, quel qu'il soit.
Un texte puissant, réaliste, qui peut déranger. Un texte poignant qui rendra inévitablement sensible les cœurs de pierre. Un texte qui fait la lumière sur le côté obscur du paradis.
Addictif. Poignant. Intense. Coup de cœur et coup à l'âme.




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique : "Be with me"

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Une vie à t'attendre"