Chronique de "Stigmata" de CJ Sterne

♥♥♥♥♥ *** COUP DE ♥ ***


Auteur : CJ Sterne
Editeur : MxM Bookmark
Sortie : 9 octobre 2015

Résumé :
D’aussi loin qu’il se souvienne, Enki a toujours vécu entre les murs d’une maison close. Une vie dure et monotone, baignée de chansons et d’histoires où de pauvres filles de joie finissent toujours par être sauvées par de beaux chevaliers. Mais Enki sait bien que ces choses-là n’arrivent jamais.
Jusqu’au jour où un jeune étranger passe la porte de l'établissement. Rey porte sur sa peau les stigmates d'une autre vie. Des marques qui intriguent Enki, autant qu’elles l’inquiètent. 
Les symboles des initiés à la magie...


*** MON AVIS ***

Un véritable coup de cœur pour cette histoire empreinte de mélancolie, d'espoirs chimériques, de beauté des mots.

Nous faisons connaissance d'Enki, jeune homme vivant en maison close, de son quotidien, de son dur labeur pour rembourser sa dette, de sa vie monotone, de son vague à l'âme, de son réalisme face à sa vie. Il a toujours vécu dans cet endroit, et ne connait rien d'autre à la vie. Comme il est si bien dit dans le résumé, Enki ne croit en rien à ces chansons où les filles de joie se font enlever par un beau chevalier pour un autre monde fait d'amour et de liberté.

Un jour, un nouveau client débarque et choisi Enki. Ce nouveau client s'appelle Rey, il porte sur lui des stigmates, symbole de la magie, et c'est un voleur. Si Enki est intrigué par cet homme, il découvre bien vite qu'il est différent également par ses paroles, ses gestes. Et si Enki se laisse griser et transporter vers de nouvelles sensations avec Rey, il se refuse à espérer plus, à rêver d'une autre vie, d'un autre monde. Car Enki sait bien qu'il n'est rien, rien qu'un objet fait pour satisfaire les appétits de ses clients, rien qu'un morceau de viande, une marchandise.

Rey est un personnage énigmatique, intriguant, on le sent différent et empreint de quelque chose de plus pour Enki, de tendresse, d'attachement, de compassion. Tout au long de notre lecture, nous nous demandons ce que Rey va vouloir pour Enki, ce qu'il ressent, pourquoi il est là. On le trouve un peu naïf, parfois gauche, timide, mais tellement gentil et tendre.

L'écriture de l'auteur est délicate, douce, envoûtante, et c'est justement par ses mots, ses phrases, qu'elle arrive à nous faire oublier et supporter toute cette laideur et cet écœurement face au travail d'Enki, toute la douleur éprouvée par celui-ci face à la monotonie et la morosité de sa vie, de ce qu'il endure au quotidien pour pouvoir vivre, si on peut dire, et pouvoir rembourser la dette qu'il doit à son patron.

Chaque phrase, chaque description, chaque ressenti, émotion, sont percutantes et assez réalistes face à ce monde des maisons closes, face à la passivité d'Enki, face à un travail pour lui devenu mécanique, sans passion, sans sensation. Seul Rey va réussir à lui faire à nouveau éprouver du plaisir, du bonheur, dans ce monde sans couleur. Mais Enki n'est pas naïf, et se refuse à rêver à l'espoir fou que Rey puisse l'arracher à sa condition et faire de lui un homme libre et heureux. Car lui, Enki, pauvre homme soumis à l’appétit vorace et aux envies farfelues des clients du bordel, qui voudrait de lui, d'un corps souillé, meurtri ?

L'auteur emploi un beau langage, nous propose des personnages attachants et touchants, des scènes de sexe parfois insoutenables pour le pauvre Enki, mais adoucies et supportables grâce à la magie des mots employés par CJ Sterne, et surtout qui servent l'histoire pour nous immergés complètement dedans et nous emmener à un final où l’intrigue se démêle et où mon cœur est tombé amoureux. 

Un récit qui vous embarque dans un voyage poétique empreint de magie, d'ivresse, d'amertume, d’espoir, pour nous lecteur, et d'amour.

Enki et Rey, une histoire originale qui m'a touchée profondément.

Un grand bravo pour la couverture qui représente notre Rey à merveille.

Merci CJ Sterne pour ce superbe court roman.



BONUS :
Ces bonus, offerts à l'occasion des fêtes de fin d'année par MxM Bookmark et l'auteur, sont un vrai régal et un complément parfait à ce petit roman. C'est avec un immense plaisir que je me suis à nouveau plongée dans l'histoire de Enki et Rey. Ces bonus nous racontent un peu de leur vie après la fin du livre.
A lire et relire sans modération, car la plume est toujours aussi fluide, intense, belle, juste. Rey et Enki sont toujours aussi délicieux, avec leur caractère bien trempés, à la fois doux et fougueux. Quelques bribes de leur passé sont révélées.
Bref, un vrai régal qui pourrait nous faire espérer un second roman où leur vie d'après nous serait révélée en intégralité.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Je ne sais pas dire je t'aime"

Chronique : "Les lendemains avaient un goût de miel"