Chronique : "Monsieur Quincampoix"

*** COUP DE ♥ ***



Auteur : Fred Bocquet
Éditeur : Editions Faim de Siècle & Cousu Mouche
Date de sortie : juin 2006

~ RÉSUMÉ ~
Norbert est mort. Il se retrouve réincarné en bouledogue français. Il s'habitue peu à peu à son sort, apprend à manger dans une écuelle et à faire ses besoins en public. Mais quand, dans l'élevage où il apprend la vie canine, il voit apparaître sa veuve pressée de l'adopter; les choses se corsent quelque peu. Mufle, non dénué d'esprit, Norbert devenu Quincampoix distille ses humeurs et sa mauvaise foi dans sa nouvelle vie. Jaloux des prétendants de sa douce, l'affreux tend aussi l'oreille à un passé qui lui réserve quelques surprises. Se découvrir mille et une tares dans la bouche de sa femme, c'est à vous arracher des aboiements de colère. Et Quincampoix, comme autrefois Norbert, ne manque ni d'imagination, ni de caractère.


~ CHRONIQUE ~

Un coup de cœur pour ce roman atypique où l'on ne s'ennui pas une seconde. Quand j'ai vu ce roman au Salon du Livre de Genève cette année, je dois avouer que j'ai flashé sur la couverture car mon bouledogue français, au doux nom de Hubert, ressemble trait pour trait à Monsieur Quincampoix. Puis, on m'a briffée sur l'histoire et j'ai été séduite. J'ai trouvé le synopsis original et j'ai foncé. Je ne le regrette pas une seconde !

J'ai adoré suivre Norbert et Quincampoix, deux entités qui ne font plus qu'une, où les pensées et les sarcasmes fusent.

Page après page, nous découvrons Norbert dans sa vie d'avant, ce qu'il était, comment il se comportait et surtout, nous découvrons sa mauvaise foi flagrante. Sa réincarnation en Quincampoix ne changera pas grand chose dans son caractère, cependant, au contact de sa femme, devenue sa maîtresse (sacrée ironie du sort d'ailleurs !) il s’apercevra que tout n'était pas si rose, que sa femme n'était pas vraiment ce qu'il croyait qu'elle était. Il va se rendre compte de beaucoup de choses, et si cela le fait réfléchir quelque peu sur sa vie antérieur, il n'en reste pas moins que c'est Norbert et que son égoïsme ne s’effacera pas d'un coup de baguette magique.

A vous de découvrir l'étonnant récit de Norbert devenu Monsieur Quincampoix.

Dès les premières phrases j'ai été happée par ce texte, par son écriture à la fois douce et piquante, par sa vérité et ses mots si percutants. Les descriptions lorsque Norbert s'adapte à sa nouvelle vie sont tout simplement succulentes et extrêmement drôles. Le livre est raconté de son point de vue, alors imaginez tous les détails qu'il nous donne sur sa nouvelle condition de chien !
Monsieur Quincampoix / Norbert est une personne que l'on adore détester. On le soutient, on le plaint, on le déteste, on le trouve arrogant et d'une mauvaise foi affligeante. Cependant, en le découvrant pas à pas, on le comprend et on apprend à l'aimer pour ce qu'il est, pour l'amour qu'il porte à sa femme. Celle-ci nous surprendra de bien des manières d'ailleurs !

L'auteur a fait une très bonne histoire où se mêle passé et présent, une histoire dynamique avec un ton résolument punchy et efficace. Si Monsieur Quincampoix nous fait beaucoup sourire dans ses réactions, je peux vous affirmer que ce texte ce n'est pas que cela, ce texte c'est aussi beaucoup d'émotion, parfois même la larme à l’œil quand les évidences prennent jour et deviennent réalité.

La plume de l'auteur m'a complètement charmée, une plume qui a su s’approprier exactement l'atmosphère de son roman, son ambiance et le caractère de ses personnages, tout comme celui de Monsieur Quincampoix et ce qu'il représente comme race de chien. Une plume qui transmet par touche des émotions, qui vous insuffle des sentiments, des réactions, qui vous fait réfléchir sur votre vie, tout simplement.

En bref, un roman coup de cœur, certes court et très vite lu, mais si agréable et si prenant ! Un roman touchant, plein de tendresse et d'humour. Un véritable régal pour les yeux et l'esprit. Une aventure incroyable racontée par un Monsieur Quincampoix unique en son genre auquel on s'attache et qui nous fera ressentir bon nombre d'émotion, de la plus farfelue à la plus émouvante.
Merci à l'auteur pour ce roman au style fluide, captivant et merci pour cette fin incroyable qui m'a à la fois émue et faite rire à gorge déployée !



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Je ne sais pas dire je t'aime"

Chronique : "Les lendemains avaient un goût de miel"