Chronique de "Mémé dans les orties"

*** RAFRAÎCHISSANT & TENDRE ***


Auteur : Aurélie Valognes
Éditeur : Michel Lafon / Le Livre de Poche
Date de sortie : mai 2015 et mars 2016 (poche)

~ RÉSUMÉ ~
Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre – certains diraient : seul, aigri, méchant –, s'ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d'escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie... jusqu'au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 93 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur.


~ MA CHRONIQUE ~

Un excellent moment de lecture avec Ferdinand, une personne aussi détestable qu'attachante.

Une histoire somme toute assez simple qui au final réserve bien des surprises et beaucoup d'émotion. Une histoire qui renferme les regrets et les remises en question de notre Ferdinand.

J'ai aimé me plonger dans ce récit humble, humain. J'ai aimé être dans la tête de Ferdinand, écouter son ton acariâtre, voir son attitude déplaisante et aigre. Malgré lui, nous rions de ses facéties parfois pas très catholiques, à la limite de la méchanceté.
Il vieilli seul, aigri, incompris. Son seul amour, pour ainsi dire, c'est sa chienne. Lorsque celle-ci n'est plus, il devient alors un tout autre homme, et surtout, cette disparition va bouleverser sa vie.

L'évolution de son personnage est fascinante à lire. Nous le voyons s'ouvrir, petit à petit, parfois espérer, se tromper. Juliette, cette petite fille qui vient tout bousculer dans son quotidien, est quelqu'un de très mature pour son âge (d'ailleurs, dans ses réflexions, elle m'a faite penser à ma fille, qui a à peu près le même âge) et surtout, elle a tout compris de Ferdinand.
De très beaux instants de partages viennent attendrir ce texte, nous transmettant l'émotion au plus haut point.

Chaque personnage secondaire apporte son lot de rire, d'étonnement. Chacun a une place bien précise, nous offrant différentes facettes de personnalité, faisant de ce texte un ensemble cohérent et complet.

J'ai aimé la façon dont l'auteur s'est accaparée son roman, cette facilité avec laquelle elle nous transmet certaines valeurs, certaines réflexions qui vous poussent à réfléchir, à vous remettre en question. Une tranche de vie qui donne l'envie de s’ouvrir à ceux qui nous entoure, de ne pas juger au premier regard, et d'espérer, toujours.

Page après page, ce sont des rebondissements, des sourires, des gens agaçants, des gens touchants, des situations comiques ou parfois plus tendres, des paroles tranchantes ou parfois plus profondes.

La plume de l'auteur est fluide, légère, captivante. Avec des mots simples elle réussi à nous procurer des émotions, à nous inculquer un certain nombre de sentiments. Une plume qui m'a séduite par sa fraîcheur et sa vivacité.

Je me suis prise d'affection pour ce Ferdinand, ce Monsieur Grincheux au cœur tendre (si, si, je vous l'assure !) qui m'a surprise de bien des manières, tant par ses railleries que par ses confidences.

En bref, un roman très humain où l'on ne s'ennui pas une seconde, un roman qui fait du bien, qui rend vivant. Un roman qui se lit très vite, rythmé par des chapitres courts et addictifs.
J'ai beaucoup aimé ce texte, original dans ses personnages. J'ai apprécié de voir la vie au travers des yeux de Ferdinand, vieux Monsieur émouvant pris dans la spirale de deux tornades qui changeront sa vie et son cœur. A découvrir.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique : "Be with me"

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Une vie à t'attendre"