Chronique de "Baie Sanglante - Tome 2 : Le bracelet bleu" de Chris Verhoest

*** COUP DE CŒUR ***




Auteur : Chris Verhoest
Editeur : auto-édition
Sortie : février 2016

Résumé :
L’été à St Marzin, petite station balnéaire. Ikel, le jeune flic de la police municipale, découvre avec son collègue une femme sur le sable, face à la baie. Près d’elle, un homme est assis et il tient dans sa main le bracelet bleu tressé de la victime. Il crie son innocence. Quant à la morte, elle va se révéler bien surprenante… Tout en menant l’enquête avec l’officier de la police judiciaire Kervandilis, Ikel doit reconquérir le corps d’Alec, le beau gérant de « Douceur Café ». En plus des fausses pistes, des suspects multiples et de l’immersion dans tout ce que la victime protégeait comme le plus grand des secrets, Ikel doit aussi faire face à une situation personnelle tourmentée. Cette enquête ne risque-t-elle pas d’être déterminante pour Ikel et Alec ?



~ MON AVIS ~

Ce second tome fut encore plus poignant que le premier au niveau des émotions entre nos deux personnages, entre ce qu'ils ressentent, ce qu'ils vivent, ce qu'ils doivent affronter. L'auteur a introduit de manière formidable tout un panel de sentiments très fort, très juste.

Nous retrouvons donc notre petite station balnéaire, avec ses paysages toujours aussi accueillants et plaisants. A ce niveau, l'auteur ne démérite pas, car par ses mots et ses descriptions, je peux vous assurer que vous avez l'impression d'y être ! Nous retrouvons aussi notre Ikel et notre Alec. Leur couple n'est pas au beau fixe après les événements surgit lors du premier tome. Ils vont devoir se battre, et sur beaucoup de front, pour réussir à se retrouver.

Ikel, dans ce second opus, nous montre un aspect de sa personnalité encore plus poussé : sa patience et sa douceur. Pour Alec, il va prendre sur lui, il va attendre, il va, tout en douceur, essayer d'aider Alec dans sa reconstruction psychologique avec son corps, il va, avec détermination et tendresse, lui faire redécouvrir son touché, lui montrer que ses mains ne sont pas du poison, mais du bonheur et de l'amour.

Alec, très amoureux de Ikel, souffrira beaucoup de ce manque de confiance qu'il a, de cette répulsion, de ce pas en arrière qu'il fait, mais surtout, de la douleur qu'il découvre dans les yeux d'Ikel.

Une nouvelle enquête accapare Ikel, une enquête particulière, où il ne "ressent pas" de connexion avec le tueur, une enquête difficile, où l'amour en sera le principal coupable. Pendant cette enquête, les sentiments douloureux d'Ikel envers Alec vont s’entremêler de drôle de façon. A ceci, vous rajouter un nouveau serveur chez "Douceur Café" et la venue d'une personne non souhaitée par Ikel, et vous comprendrez que celui-ci arrive au bout de ce qu'il peut supporter.

J'ai eu les larmes aux yeux pendant ma lecture, pendant poignant moment où Ikel hurle sa frustration, sa colère, hurle ses pensées, sa douleur, hurle son amour et sa souffrance. 

L'auteur a réussi encore une fois à m'embarquer avec elle dans ce récit, que je n'ai pas pu lâcher avant la fin. Pour ma part, j'ai trouvé que les sentiments profonds des personnages étaient beaucoup plus développés dans ce second volet, nous montrant un autre aspect de leur personnalité. L'enquête m'a tenue en haleine jusqu'au bout, je l'ai trouvé intéressante et bien menée.

Les personnages secondaires sont à nouveaux tous présents, et prennent un peu plus part au récit, nous apportant plus d'intensité dans les échanges et dans la consistance de l'histoire.

Bref, vous l'aurez compris, j'ai adoré ce deuxième tome qui m'a fait passer par de multiples sentiments, beaucoup d'émotion, de la joie, mais aussi de la peine. Ikel et Alec sont vraiment un couple superbe, un couple qui se bat pour ce qu'ils veulent, même quand ils sont au bout du rouleau. Ils sont persévérants, font preuve de tendresse et de sensibilité. Mais surtout, ce qu'ils nous montrent encore une fois dans cette histoire, c'est combien leur amour est fort, et surtout ce que cet amour leur a apporté : l'envie de vivre.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Je ne sais pas dire je t'aime"

Chronique : "Les lendemains avaient un goût de miel"